Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Les effets des interactions médicamenteuses sur l'incontinence urinaire

Parue dans la dernière édition de l'International Journal of Clinical Practice, une méta-analyse chinoise a permis de faire le point sur les méfaits des interactions entre les médicaments et autres suppléments, compléments alimentaires et vitamines utilisés chez les patients sous traitement neurologique ou cardio-vasculaire.

Des effets irréversibles

Basé sur l’analyse de 54 articles de synthèse et 31 études consacrées aux effets secondaires des interactions médicamenteuses, les chercheurs ont révélé que les situations les plus graves sont souvent causées par des suppléments très accessibles comme le fer, le calcium, le magnésium, le millepertuis et le ginkgo. Selon le docteur Hsiang-Wen Lin du Collège de pharmacie, de l’École de médecine de Chine (Taiwan), associés à plusieurs types de médicaments, ces compléments provoquent des problèmes cardiaques, des douleurs thoraciques ou abdominales ainsi que de terribles migraines. En termes d’addiction, plus d’un patient américain sur deux a recours aux suppléments pour perfectionner leur traitement contre une maladie chronique.

Suite à l’analyse de 213 substances et 509 médicaments sur prescription, les spécialistes ont réussi à identifier 882 interactions médicamenteuses très graves. Parmi les médicaments les plus dangereux figurent l’aspirine, la ticlopidine, la warfarine, la digoxine et l’insuline. Du côté des suppléments, 42% d’entre eux agissent en modifiant la pharmacocinétique des médicaments, soit le processus d’absorption, de diffusion, de métabolisme et d’élimination du médicament par l’organisme. En termes d’effet secondaire, 16,4% des interactions provoquent des dommages irréparables sur le système gastro-intestinal, 14,5% sur le système neurologique et 12,5% sur le système génito-urinaire. Dans cette dernière catégorie figurent entre autres les cas d’incontinence urinaire.