Le guide de votre bien-être à domicile

Incontinence urinaire

Actualités

Interdiction des autotests de dosage du PSA pour le cancer de la prostate

Une note d’interdiction de mise sur le marché, d’importation, de distribution en gros et de délivrance au public des dispositifs médicaux d’autodiagnostic du PSA vient d’être émise par l'Agence nationale de sécurité du médicament.

Destinés à l’usage domestique, les dispositifs médicaux d’autodiagnostic du PSA permettent aux patients de réaliser eux-mêmes un dosage de l’antigène prostatique spécifique (PSA). Puisqu’un simple dosage du PSA n’est pas fiable pour diagnostiquer le cancer de la prostate, il est indispensable de le réaliser durant une prise en charge globale de dépistage du cancer, en faisant appel à d’autres examens tels le toucher rectal et la biopsie prostatique transrectale.

Sur le point de vue technique, les biopsies prostatiques réalisées avec une vérification échographique permettent de prélever à l’aiguille des échantillons de tissu prostatique dans 10 à 12 zones de la prostate. Il s’agit d’un examen douloureux qui peut avoir de véritables effets secondaires gênant telles les inflammations, les infections et les saignements.

Jusqu’à ce jour, aucun résultat important n’a été enregistré sur la réduction du taux de mortalité globale des populations d’hommes à haut risque, l’utilisation du dosage du PSA en dépistage systématique ou ciblé n’est donc pas essentielle.

Ce type de dépistage risque de créer un sur-diagnostic du cancer de la prostate et les examens invasifs complémentaires comme les biopsies ne feront que créer des effets secondaires. En termes de sur-traitement, les chirurgies, les radiothérapies et les hormonothérapies n’ont pas de réel impact sur le pronostic de la maladie et peuvent être à l’origine de complications graves comme l’incontinence urinaire, les troubles de l’érection, l’absence d’éjaculation et les troubles digestifs.

Cette décision sera visible dans le Journal officiel de la République française et il appartient au directeur de l’évaluation des dispositifs médicaux et au directeur de l’inspection et des établissements de veiller à son exécution.