Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Incontinence urinaire : de nouveaux traitements révélés

L’édition 2012 du congrès de l’ERS (European Respiratory Society) se tient actuellement à Vienne. Parmi les avancées scientifiques présentées durant l’événement, une recherche espagnole a permis de mettre un lien entre le traitement de l’apnée du sommeil et l’hyperactivité vésicale féminine.

Rédigée par Nuria Grau de l’hôpital del Mar, Barcelone, Espagne, l’étude a déterminé le lien entre l’hyperactivité vésicale due à une hausse de la fréquence des mictions, une incontinence et une nycturie (fréquents éveils nocturnes pour uriner). Puisque la nycturie est une manifestation caractéristique de l’apnée du sommeil, le spécialiste et son équipe ont démontré le lient entre les traitements de ces deux types de troubles.

Parmi les 72 femmes enquêtées, 62 étaient atteintes du syndrome du sommeil après avoir répondu à un questionnaire détaillé sur leur contrôle vésical : urgenturie, fréquence des mictions, incontinence et nycturie. Pour réussir à bien évaluer la gravité des symptômes et le degré de l’inconfort, les spécialistes ont demandé aux volontaires de chiffrer sur un score de 1 à 3 les gènes liés aux 4 manifestations.

Ainsi, le groupe des femmes souffrant d’apnée du sommeil a enregistré un score de 5/12 contre 3/12 pour celui des autres femmes.

Concernant le traitement par pression positive, Nuria Grau confirme : « En Europe, l’hyperactivité vésicale a une prévalence de 16 % chez les femmes de plus de 40 ans, avec une altération de la qualité de vie. Les résultats de cette étude montrent que le contrôle vésical pourrait être associé à l’apnée du sommeil, mais nous ne savons pas s’il existe une relation de cause à effet. La prochaine étape de notre recherche est d’étudier le rôle du traitement par pression positive chez ces patientes et son impact sur les signes d’hyperactivité vésicale. »