Le guide de votre bien-être à domicile

Incontinence urinaire

Actualités

Mutilation Génitale Féminine : une nouvelle loi

Une nouvelle législation suisse tente d’éradiquer la pratique des excisions dans le pays et à l’étranger. Parmi les initiateurs de ce changement, Andrea Candrian, chef suppléant de l'Unité du droit international pénal de l'Office fédéral de la justice estime que « Grâce à une nouvelle disposition dans le code pénal, les mutilations génitales féminines peuvent être poursuivies et punies par un juge suisse, même si les faits ont eu lieu à l'étranger et même s'ils ont eu lieu dans un pays qui les autorise ».

Une peine de dix ans d’emprisonnement
Cette révision du code pénal sera chargée de punir toute personne qui s’adonne encore à cette pratique. «Ceux qui contribuent à un tel crime peuvent également être poursuivis. La personne ayant pratiqué l'excision peut se retrouver devant la justice, mais aussi la famille si elle a organisé et facilité la procédure», confirme Andrea Candrian. En procédant ainsi, la justice Suisse espère décourager les parents qui veulent encore honorer cette mauvaise tradition, que ce soit en dehors ou à l’intérieur même du pays. Pour ce qui est de la sentence proprement dite, elle pourra aller jusqu’à dix ans de prison suivant les cas.

Concernant la nouvelle loi, en tant que porte-parole du comité suisse pour l’UNICEF, Katrin Piazza confirme que « Le nouvel article de loi montre clairement que la Suisse ne tolère pas cette violation des droits humains. Les MGF sont une violation des droits humains et une violation sévère des droits de l'enfant, qui garantissent explicitement le droit à l'intégrité physique ». En effet, les données de l’UNICEF Suisse évaluent à 7000 le nombre de victimes d’excisions dans le pays. Ces chiffres sont les fruits d’une enquête réalisée en 2001 et 2004 tandis qu’une nouvelle étude est prévue pour cette année.

Si les victimes de ces mutilations génitales féminines n’osent pas souvent témoigner leurs douleurs physiques et morales, elles en subissent chaque jour les conséquences telles l’incontinence urinaire, les infections urinaires chroniques, les kystes, les rapports sexuels douloureux et les risques d’accouchement.